Nom des exploitants

Catherine, Sébastien et Albert Selin, Gérard Bouyer

Nom de l’exploitation

Ferme de la Grande Dennerie


Type de production

Fromage

Ville

Blanzaguet Saint Cybard


Département

Charente (16)

Date de notre dernière visite

19/02/2020


Score pilier agro-écologique

87

Score pilier socio-territorial

90

Description

En Charente, à la limite de la Dordogne, cette exploitation familiale depuis 1932 est aujourd’hui passée en bio et décline le lait de ses vaches en fromage, crème fraîche, beurre, yaourts, etc. Le parcours des 150 vaches (Prim’Holstein, Jersiaise et Montbéliarde), en pâture se fait tout autour de la ferme sur 80 % de surface en herbe pour une totale autonomie alimentaire. 

 

Historique 

Après une carrière dans le commerce, Albert Selin reprend la ferme familiale en 2002. En 2009, la crise du lait (alors payé moins cher que son coût de production) ne lui laisse pas d’autres choix que de révolutionner son mode de fonctionnement. « Nous nous sommes retrouvés devant un choix délicat, ce n’était pas possible de continuer comme ça. Il fallait désormais vendre et transformer une partie du lait, aller au contact du consommateur » ajoute Albert Selin. Le quatuor démarre les marchés et transforme aujourd’hui 70 % de sa production laitière. La maison s’est agrandie : Elle compte désormais 12 salariés. 

 

Les secrets de production 

« On n’a pas de secrets justement ! Ce qui compte, c’est une bonne matière première. Il faut regarder le prix mais pas que ! Si le client n’en veut pas c’est qu’on n’est pas assez bon, alors on refait tout ! », commente Albert Selin.

Le choix de Bonjour Le Bon

Retrouver les saveurs du beurre fermier et de la crème fraîche fermière, nous en rêvions. C'est chose faite grâce à ce quatuor charentais qui attise nos papilles. TOUS les produits laitiers sont bio et sont faits à la ferme. Ils ont diversifié leur offre en proposant des yaourts onctueux à souhait et différents desserts laitiers. Ces exploitations sont bien rares aujourd'hui, il n'en fallait pas plus pour les mettre à l'honneur et les préserver d'un système industriel où leur savoir-faire ne serait aucunement valorisé. Ils déploient une telle énergie pour développer leur ferme et préserver leur savoir-faire qu'on ne pouvait que les saluer. 

À la rencontre des producteurs

Albert Selin nous répond :

Vos challenges 

Arriver à savoir ce qu’on fera demain, on investit mais nous n’avons pas de garantie que nous allons dans la bonne direction…99% du volume est fait par des industriels, notre combat est de faire nos propres produits, d’avancer, de trouver les clients…

Votre plus grande fierté  

De pouvoir continuer à avancer et évoluer le plus en phase possible avec nos désirs. On fait attention à avoir un gaspillage minimum et notre objectif est le zéro déchet. On fait par exemple des cannelés pour utiliser le surplus de beurre. Notre ferme est ouverte tous les soirs pendant la traite, on invite les gens à venir voir nos vaches quand les gens nous demandent si on est de « vrais producteurs » !

Votre vision  

Si on veut s’en sortir il faut être en capacité de négocier son prix de vente sinon c’est très compliqué ! Aujourd’hui, on fait 4 ou 5 métiers à la fois : on produit, on transforme, on commercialise… 

2 questions sur votre calendrier 

Quel est votre rythme au fil des saisons ? C’est un rythme continu, il n’y a pas de saisons pour nous !

Nombre de jours de travail sur l’année ? Nous sommes 4 associés à prendre 2 semaines de congés par an. Nous avons à tour de rôle un weekend de garde par mois. Une journée classique pour moi, c’est 3H30 – 19H !

  

Et si on vous demandait…

Votre dicton ou adage: il faut partir à fond et ensuite il faut accélérer !

Votre passion : le handball

Si vous aviez 90 ans que diriez-vous aux plus jeunes : il faut se poser des questions !

Découvrir les produits de ce producteur