Nom des exploitants

Elodie et Peio Laxague

Nom de l’exploitation

Ferme Ithurrieta


Type de production

Fromage

Ville

Aldudes - Pyrénées-Atlantiques (64)


Département

Pyrénées-Atlantiques (64)

Date de notre dernière visite

29/01/2020


Score pilier agro-écologique

78

Score pilier socio-territorial

86

Dans la vallée des Aldudes, au cœur de la Province de Navarre, au pays basque, Elodie et Peio élèvent 250 brebis pour fabriquer un Ossau Iraty en roues de 1,8kg et 3,2kg. Dans ce paysage verdoyant, la qualité des prairies naturelles est exceptionnelle. La ferme d’Ithurrieta, qui signifie pré de la source en basque, est au confluent de petits ruisseaux, face à la montagne d’Arguinzu, où grimpent les brebis l’été. Le couple produit en duo de la tomme de brebis à partir de races locales, des Manech têtes rousses et noires, autorisées pour la production de ce fromage traditionnel et revend une partie de son lait à la laiterie artisanale du village voisin.

 

Historique

Peio a repris la ferme de ses parents – qui date du 19ème siècle - en 2003. Sa compagne, Elodie, après des études d’ingénieur agronome spécialisée dans l’élevage, a rejoint la ferme en 2015. Le couple décide alors de créer l’activité de production fromagère de manière traditionnelle. 

 

Les secrets de production 

La patience, l’application et l’amour du métier ! « Ici, nous sommes à 800m d’altitude dans un climat doux, bercé par le feune, ce vent du Sud qui participe à l’élaboration du goût du fromage. Il faut un lait de qualité sanitaire irréprochable, des brebis en forme, pas stressées… Mais pas que ! On réussit un fromage parce qu’on aime ce qu’on fait, pas parce c’est une habitude. On fait comme les anciens, avec des outils plus modernes, au lieu de remuer à la main, on a une cuve qui brasse, mais on supervise toujours à la main, c’est obligatoire ! Il faut toucher, sentir, le fromage, être sûrs que la structure est la bonne… La main est très importante dans notre métier.

  

Le choix de Bonjour Le Bon

Quand la tradition rencontre la jeunesse. Ce jeune couple dynamique a soufflé un vent de fraîcheur sur un territoire ancré dans la tradition. Doté d'un savoir-faire exceptionnel et de la fierté d'être basques, ils ont su préserver leur terroir tout en ayant la volonté de faire rayonner leur territoire. Éleveurs de brebis et fromagers aux pratiques irréprochables, nous sommes fiers d'ajouter cet Ossau-Iraty exceptionnel sur votre plateau de fromages

À la rencontre des producteurs

Elodie Laxague nous répond :

 

Votre vision du métier aujourd’hui  

On a un métier difficile et contraignant, mais beaucoup de chance car nous avons un cadre de vie agréable, on ne s’en rend pas toujours compte. Nous avons la chance d’aimer ce qu’on fait et on essaie de le faire bien. Par contre, les agriculteurs ne sont pas des communicants et nous devons apprendre à parler de notre métier de manière plus transparente.

 

Votre plus grande Fierté 

Arriver à vivre de notre métier et élever nos enfants en même temps !

 

Vos challenges 

Mêler le professionnel et la famille parce que c un métier demande de temps aux animaux aux prairies au fromage, on n’est pas très disponibles pour les enfants…

3 questions sur votre calendrier :

Quel est votre rythme au fil des saisons ? En novembre-décembre c’est la période de l’agnelage. De janvier à juin, on fabrique le fromage, et dès que le temps le permet on met les brebis en prairies… De novembre à mars, il faut les garder à l’intérieur, la production laitière diminue. L’été, elles partent en estive à la montagne en plusieurs lots -entre mai et août-, et elles redescendent entre fin septembre et fin octobre. Peio, mon mari, va tous les jours pour orienter le troupeau selon la météo et la saison…

Nombre de jours de travail sur l’année ? Nous prenons très peu de vacances… Une semaine étalée sur l’année, découpée en plusieurs jours. Cela ne fait pas longtemps qu’on a créé notre activité, donc c’est difficile de pouvoir s’arrêter…

Votre moment préféré de la journée ? Le soir, quand je rentre et que je retrouve mes enfants (20 mois et 5 ans).

 

Et si on vous demandait…

Votre passion : la musique, je faisais partir d’un orchestre de Philharmonie… Je jouais de la clarinette et du cor de chasse, mais j’ai mis tout ça de côté.

Si vous aviez 90 ans que diriez-vous aux plus jeunes : Travaillez ! Il ne faut pas avoir peur du travail, il faut se lancer et croire en ses projets. 

Découvrir les produits de ce producteur