Nom des exploitants

Alexandre Mourozeau

Nom de l’exploitation

SCEA Ferme d'Alhena


Type de production

Ville

Ecoyeux (17)


Département

Charente-Maritime (17)

Date de notre dernière visite

06/10/2020


Score pilier agro-écologique

Score pilier socio-territorial

Historique 

Alexandre était directeur technique dans une vigne de la région quand son père lui a annoncé son départ à la retraite imminent, en 2009. Pour faire perdurer la vie dans cette ferme familiale gérée autrefois par ses grands-parents, puis ses parents, Alexandre, natif d’Ecoyeux, a alors posé ses conditions pour reprendre l’exploitation: passer en bio et prendre un mois de vacances par an. Pari tenu ! Parti à la recherche de cultures bio, il a rencontré un pépiniériste et découvert la pomme Juliet, produite en 100% bio, uniquement en France. Ancré dans le raisonné, engagé en bio, il modernise son exploitation en faisant construire un nouveau chai qui servira à la fois pour la vinification et le stockage des pommes. 

Les secrets de production 

« Avoir l’œil observateur, être patient… Dans le milieu de l’arboriculture, il y a un très bon échange grâce aux réunions de producteurs, cela permet d’avancer, de s’améliorer tous ensemble. Dans la pomme, j’ai choisi un marché de niche, pratique car il n’y a pas beaucoup de concurrence, mais par contre il faut se faire connaître et ça, c’est un autre combat ! La Juliet® est une variété de pomme exceptionnelle. Nous sommes organisés en club (130 producteurs en France) pour avoir une vraie force marketing, » explique le producteur.

Le choix de Bonjour Le Bon

Une pomme chaque matin éloigne le médecin! Et quand elle est BIO, il suffit de bien la rincer et de croquer dedans à pleines dents! Alexandre a fait le choix de la diversification des cultures, ce qui est peu commun dans cette région et cela demande un engagement profond quand on veut cultiver en bio des vergers. Alexandre est un homme authentique et c'est aussi l'ambiance qui règne dans sa ferme.  Le dicton d'Alexandre est notre préféré!!!

À la rencontre des producteurs

Alexandre Mourozeau nous répond :

 

Votre vision du métier aujourd’hui 

Le clivage entre une agriculture centrée sur la qualité et une agriculture industrielle devient irréconciliable. Quel dommage ! On ne cherche pas à comprendre les méthodes des uns et des autres. On me dit ‘oh vous êtes en bio, vous ne faites pas de traitement’ ! Donc je rappelle que je fais plus de 30 traitements bio par an, en suivant le cahier des charges du bio ! Nous avons tous une part de responsabilité dans cette incompréhension mutuelle : le client parce qu’il veut une réponse tranchée et rapide, les paysans parce que ce ne sont pas les rois de la communication, les médias qui veulent le buzz, et les politiques parce que ça arrange leurs petites magouilles…

 

Votre plus grande Fierté

La liberté !

 

Vos challenges 

Arriver à concilier le temps passé avec mon fils et ma femme et continuer à m’éclater dans mon boulot. Avoir des résultats et ne plus entendre qu’on ne me voit ‘jamais’ à la maison…

 

3 questions sur votre calendrier

 

Quel est votre rythme au fil des saisons? L’hiver je suis au soleil, au bureau et un peu dans les vignes. J’ai 15 salariés au maximum pour l’éclaircissage des pommiers, 2 en permanence, et en moyenne, 4. Au printemps c’est la folie, car c’est là que tout se joue : du débourrage de la vigne à la post-floraison des pommiers, la gestion de l’herbe, il ne faut rien lâcher ! On contemple, ça pousse vite - en juin- et ça se calme en juillet, alors on s’autorise des siestes ! Puis arrive la récolte, on enchaine et on ne dort plus ! En novembre-décembre, il faut vite finir l’année pour ne pas être en retard en janvier ! Le ramassage des pommes commence entre 8H et 8H30 le matin car nos pommes sont bicolores et il faut qu’on ait assez de lumière pour voir leur couleur : on les ramasse seulement quand le vert passe au jaune ! 

 

Nombre de jours de travail sur l’année? Je prends un mois de vacances en janvier.

 

Moment préféré de la journée? Quand il n’y a plus personne dans les vergers et qu’on entend les oiseaux… On y croise parfois de petits animaux, des lièvres, des buses…

 

Et si on vous demandait…

Votre dicton ou adage:  Paysan, c'est un métier à la con, mais c'est pas fait pour les cons !

Votre passion: Le parapente

 

Si vous aviez 90 ans que diriez-vous aux plus jeunes: Faites tout ce que vous ne regretterez pas! Car la liberté, c'est bien, si on sait la gérer. 

Découvrir les produits de ce producteur