Nom des exploitants

Catherine Clément

Nom de l’exploitation

EARL Louet


Type de production

Fromager

Ville

Pellevoisin


Département

Indre (36)

Date de notre dernière visite

25/11/2019


Score pilier agro-écologique

74

Score pilier socio-territorial

77

Description

Catherine Clément transforme le lait de ses Alpines, Saanen et croisées en fromage de chèvre : fromage frais, AOP Valençay, AOP Petit-valençay, AOP Sainte-Maure, Rond… Elle les vend à la ferme et sur les marchés alentours, à un groupement et à un affineur. Dans cette campagne naturellement boisée et vallonnée, entre Châtellerault et Châteauroux, Catherine cultive elle-même les céréales et fourrages pour ses animaux. 

Fromage de chèvre EARL Louet dans l'Indre

Historique

En 1998, Catherine s’associe avec sa maman, qui gère un cheptel de 150-180 chèvres sur 17 ha de terre et vend ses fromages de chèvre sur les marchés. Aujourd’hui, la productrice gère 250 chèvres laitières - plus les chevrettes - sur 75 ha, épaulée par 3 salariés, ainsi que sa famille : son fils en apprentissage, et sa maman, désormais retraitée.

Traite lait de chèvre EARL Louet

Les secrets de production

« La base, c’est l’amour du métier, savoir bien s’occuper de ses animaux, faire attention à ce qu’on donne à manger aux chèvres car c’est l’alimentation qui va jouer sur le goût du fromage. Et puis peaufiner, observer sans cesse à la fois l’élevage et la fromagerie, » explique la productrice.

EARL Louet à Pellevoisin dans l'Indre, producteur de fromage de chèvre

Le choix de Bonjour Le Bon

Une histoire de femmes à mettre à l’honneur.  Elle n’a pas la certification bio mais le score en agroécologie et socio-territorial  démontrent des bonnes pratiques  et témoignent d’un engagement sans relâche pour et avec les animaux . Elles ont un vrai lien avec leur terre tout comme avec leur terroir. Un vrai coup de cœur pour ces femmes courageuses et le fruit de leur travail : des fromages dont on ne se passe plus.

Emballage fromage de chèvre EARL Louet

À la rencontre des producteurs

Catherine Clément nous répond…

Votre plus grande fierté

Notre médaille pour le Valençay au salon de l’agriculture, en 2012.

Votre vision de votre métier

C’est un beau métier, j’en suis convaincue, mais peu valorisé. Les gens sont trop loin de la nature aujourd’hui, ils ne se rendent pas compte à quel point c’est difficile. En fait, l’exigence des gens me peine. Le bio n’a pas de signification tant que les gens ne comprendront pas que s’il n’y a pas de lait, il n’y a pas de fromage, c’est comme ça ! 

La passion d’une vie

J’aime les animaux, c’est ma passion, j’adore mon métier, c’est une vocation : si on ne l’aime pas à fond, on ne peut pas le faire toute sa vie. Les animaux, ça prend énormément de temps, alors des fois je me pose la question : est-ce que je devrais travailler chez un collègue ? Pourquoi pas ? L’agriculture est montrée du doigt sur le bien-être animal, les pesticides, mais ça fait longtemps que la réglementation nous impose des normes à respecter, ça me fait mal qu’on parle de notre métier ainsi. Je suis en conventionnel, pas en bio, mais je ne fais pas n’importe quoi, il ne faut pas confondre notre métier avec l’industriel. J’ai l’impression qu’on n’est pas compris du public…

Les 3 questions sur votre calendrier

  • Le rythme des saisons : Il y a deux périodes de mises bas : en février, puis mars-avril pour les chevrettes et en octobre. Naturellement, les chèvres produisent beaucoup de lait au printemps, c’est le renouveau ! On a du lait jusqu’en juin-juillet, et puis ensuite ça baisse. On repart en production à l’automne mais le plus gros du travail, c’est au printemps.

  • Nombre de jours de travail sur l’année ? Je travaille tous les jours ! J’arrive à prendre quelques moments de pause dans la journée…sinon 4 jours cette année. Je n’arrive pas à prendre plus. Les journées les plus courtes font 8H et les plus longues 16H.

  • Moment préféré de la journée : J’aime bien tout ce que je fais. Mais s’il fallait choisir, je dirais faire les marchés.

Et si on vous demandait 

  • Votre dicton ou adage : Je n’ai pas le temps de penser à ce genre de choses ! 
  • Votre passion : Le sport et la nature
  • Si vous aviez 90 ans que diriez-vous aux plus jeunes : Sachez profiter des bons moments, ne vous laissez pas manger par le travail !

Découvrir les produits de ce producteur