Nom des exploitants

Corinne et Pascal Dumesnil

Nom de l’exploitation

Fromagerie Dumesnil


Type de production

Fromages de vache

Ville

St Vincent Cramesnil - Seine-Maritime (76)


Département

Seine-Maritime (76)

Date de notre dernière visite

16/06/2020


Score pilier agro-écologique

Score pilier socio-territorial

Historique

Pascal Dumesnil fait partie de la 3ème génération à travailler sur la ferme familiale. Ses grands-parents s’y sont installé en 1938, puis ses parents avant lui. Aujourd’hui, deux de ses trois enfants sont installés sur l’exploitation. Pendant la seconde guerre mondiale, son grand-père est fait prisonnier et sa grand-mère maintient la production de lait… La génération de ses parents modernise la ferme. Sa femme, Corinne, autrefois infirmière, a repris une formation agricole entourée de professionnels. Elle a créé le laboratoire de transformation fromagère en 2006. La ferme propose aujourd’hui une quarantaine de fromages différents : pâtes molles, pâtes pressées, pâtes lactiques, du petit fromage vendu à la pièce aux tommes de 10kg. Ces fromages peuvent être aussi aromatisés: graines de lin, épices et aromates, le tout selon une méthode artisanale. La ferme est membre du Collège Culinaire de France et labellisée Bleu-Blanc-Cœur, ainsi que Bienvenue à la Ferme. 

 

Les secrets de production 

« Tout part du sol, de cette terre qui va nourrir les animaux, il faut bien la respecter. On ajoute du lin au fourrage pour une alimentation riche en Omega 3 et 6, et pour un lait de bonne qualité. Au niveau de la traite, l’aspect primordial est le respect de l’hygiène, nous travaillons du lait cru, alors on ne peut pas se tromper. Pour le fromage, c’est le savoir de ma femme ! », commente Pascal Dumesnil.

 

Le choix de Bonjour Le Bon 

la passion rime souvent avec savoir-faire. Dans cette magnifique ferme, c’est incontestable. Nous sommes face à un couple de travailleurs, de créateurs, d’éleveurs, d’affineurs…La plus belle preuve de leur réussite, c’est la future transmissibilité à leurs enfants et la volonté de perpétuer cette saga d’éleveurs fromagers normands. Le comité de dégustation fut un moment de délectation intense, c’est à vous maintenant de partager cette émotion.  

À la rencontre des producteurs

Pascal Dumesnil nous répond...

 

Votre vision du métier aujourd’hui

Il existe deux agricultures, une productiviste qui doit produire le moins cher possible, une seconde plus raisonnée et raisonnable centrée sur la qualité, ce que nous avons choisi ! C’est un beau métier, il faut être passionné, avoir des convictions, garder le cap, son fil conducteur, surtout quand on a des soucis. Il y a des années difficiles, il faut persévérer.

 

Votre plus grande Fierté 

J’avais des convictions, j’ai réussi à les mettre en place, j’ai toujours été passionné. Je m’étais promis, petit : « Un jour, j’aurais 100 vaches ! » Ce que je veux, c’est de la qualité. Je suis un passionné de fromage. On était convaincu du circuit-court et indépendant, aujourd’hui, nous avons la reconnaissance de nos efforts. Nous sommes différents, nous nous sommes lancé des défis, ça n’a pas été simple tous les jours. L’an dernier nous avons gagné le 1er prix à un concours avec notre Coeur au fenugrec. Ça nous a encouragé et nous allons nous inscrire à de nouveaux concours en 2021. 

 

Vos challenges 

Aller encore plus loin, avec nos enfants, améliorer encore la qualité de notre fromage. Nous sommes en conventionnel aujourd’hui et nous voulons devenir bio. On agrandit la fromagerie cette année, et nous voudrions ouvrir la ferme pour recevoir du public et expliquer comment on travaille. Nous souhaitons transformer une grange en lieu de réception.

 

2 questions sur votre calendrier 

Quel est votre rythme au fil des saisons ? Nous avons un rythme très soutenu toute l’année. Il y a les animaux, avec une traite matin et soir, il faut être là. Et suivant les saisons, il y a la gestion des champs. Ça nous fait de grandes journées…

Nombre de jours de travail sur l’année ? J’ai un très grand retard dans mes congés, si je devais tous les prendre ce serait l’équivalent d’une année sabbatique. Mais sans blague, il n’y en a pas…

 

Et si on vous demandait…

Votre dicton ou adage :  Il faut transmettre son savoir ! Etre sérieux, rigoureux, être présent, cultiver l’œil de l’éleveur… On travaille avec le vivant, on ne peut pas se permettre la folie du superflu, il faut aller droit à l’essentiel. Et toujours avoir une poire pour la soif car on ne sait pas de quoi demain sera fait…

Votre passion : Quand je suis arrivé à la ferme, nous étions cinq, avec ma famille. J’ai repris la ferme seul, avec un salarié. Puis ma femme nous a rejoint pour créer la fromagerie, nous nous sommes agrandis. Nous avons tout créé de toute pièce, on a tout investi dedans, on n’a jamais pensé à nous, alors pas le temps pour les passions, ce sera pour plus tard. Et quand mes enfants vont reprendre, je leur donnerai un petit coup de main… Je serais content de transmettre une exploitation viable et mon savoir. Mes conseils seront toujours des conseils. Je suis fier que la 4e génération se mette en route. 

Si vous aviez 90 ans que diriez-vous aux plus jeunes : L’agriculture est un très bon métier à exercer avec passion !

Découvrir les produits de ce producteur