Nom des exploitants

Loïc Bournol

Nom de l’exploitation

Verger de Loïc


Type de production

Pruneaux mi-cuit, crème de pruneaux

Ville

St Maurice de Lestapel - Lot-et-Garonne (47)


Département

Lot-et-Garonne (47)

Date de notre dernière visite

14/05/2020


Score pilier agro-écologique

63

Score pilier socio-territorial

73

Au nord d’Agen, entre Bergerac et Villeneuve-sur-Lot, Loïc Bournol a repris la ferme familiale entourée de coteaux. Sa production ? Des pruneaux d’Agen IGP. Ses pruniers d’Ente - et quelques Tardicote- ont entre 3 et 40 ans, matière première précieuse pour les pruneaux mi-cuits et la crème de pruneau.

 

Histoire

Ici, les pruniers, c’est une histoire de famille. Le grand-père de Loïc faisait déjà du pruneau, bien avant ses parents qui se sont installés en 1980. Ils ont investi dans des fours, des outils et des bâtiments plus modernes, et la production a augmenté au fil des années. Les parents de Loïc étaient en bio, avant que Loïc n’acquiert de nouvelles terres « classiques ». Il a choisi de revenir en culture conventionnelle à son installation en 2014. Car le bio n’est pas une fin en soi pour lui. En fait, il considère que les nombreux passages de tracteur que nécessitent la culture ne sont pas forcément bons pour le sol. En lieu et place, il met des oligo-éléments pour les pruniers et a écarté définitivement les traitements chimiques en n’utilisant que ceux acceptés par le bio.

 

Les secrets de production 

« Ça part du verger, d’une taille régulière, de branches bien éclairées. Nous taillons nos arbres à la main, à l’aide de perches et de nacelles. Nous avons 25 hectares de pruniers, avec 300 arbres par hectare, que nous irriguons en eau de pluie. La récolte a lieu entre fin août et le 20 septembre. Notre secret ? Précalibrer les fruits avant la cuisson, pour qu’ils soient le plus homogènes possible. C’est une étape supplémentaire que ne font pas ceux qui ont choisi la rentabilité. La cuisson pour les pruneaux mi-cuits – le meilleur de ce que je peux produire- se fait à 55 degrés environ 17 heures. Les pruneaux secs sont séchés 24 heures puis réhydratés, mais nous ne les vendons pas au détail, uniquement à des grossistes. Aussi, nous dénoyautons tous les pruneaux à la main.

Le choix de Bonjour Le Bon 

Loïc est la 5ème génération de pruniculteurs à la fois emprunt de la tradition familiale et très engagé dans l'agriculture durable et son impact carbone. La qualité de ce pruneau mi-cuit est incontestable. Le travail est long et manuel et il était essentiel de mettre à l'honneur ce savoir-faire. 

À la rencontre des producteurs

Loïc Bournol nous répond :

 

Votre vision du métier aujourd’hui

Les évolutions sont rapides. Notre métier se doit d'être plus durable et socialement responsable. Le consommateur doit pouvoir acheter au prix juste.

 

Votre plus grande Fierté

Continuer le travail de mes parents et aller jusqu’au bout de la chaîne… De l’implantation à l’étiquetage, jusqu’à la mise en carton. Faire un produit différent, sans ajout, avec un prix fiable et raisonnable. Mais l’une de mes plus grandes fiertés est le retour de nos clients, quand ils redécouvrent le vrai goût du fruit. Perpétuer une culture rustique, avec très peu de traitement et un vrai souci de l’aspect environnemental.

 

Vos challenges 

Conserver le côté tradition tout en modernisant, tout en évoluant, en prenant en compte les enjeux environnementaux, et faire attention à une empreinte carbone pas trop élevée. 

3 questions sur votre calendrier 

Quel est votre rythme au fil des saisons ?

Je produis un peu de céréales, comme du tournesol, des cultures de printemps, mais ce n’est pas ce qui me prend le plus de temps. La récolte et la cuisson sont les moments les plus intenses, car il faut vérifier la cuisson en permanence. A l’automne, on prépare la vente directe en circuit court, on retrie les fruits, on les sépare par calibre, on les stocke en froid négatif, on lave la station, on livre les magasins, on prépare les sachets, puis la taille redémarre.

 

Nombre de jours de travail sur l’année ?

J’arrive à prendre une semaine maximum en hiver, même si décembre est très chargé, entre la taille, les livraisons et les ventes. Ensuite je peux partir une semaine en juillet, j’ai Damien qui m’aide de temps en temps dans l’année et mes parents m’aident beaucoup. Durant la récolte, nous sommes une dizaine entre la cuisson, le calibrage, les chauffeurs, etc.

Votre moment préféré de la journée ?

Cela dépend des périodes, j’aime bien le milieu d’après-midi ou de matinée. Et le matin en été.

Et si on vous demandait…

Votre dicton ou adage : Doucement mais sûrement

Votre passion : Le football

Si vous aviez 90 ans que diriez-vous aux plus jeunes : Crois en ce que tu fais.

Découvrir les produits de ce producteur