Nom des exploitants

Christophe Pacaud

Nom de l’exploitation

EARL Pacaud


Type de production

Producteur de pâtes et céréalier

Ville

Breuil-La-Réorte


Département

Charente-Maritime (17)

Date de notre dernière visite

28/10/2019


Score pilier agro-écologique

59

Score pilier socio-territorial

84

Description

En pleine campagne, entre vallons et champs, à quelques kilomètres de Surgères -par ailleurs réputé pour son beurre-, où Pierre de Ronsard vint un jour charmer Hélène de Fonsèque, Christophe Pacaud s’est installé dans la ferme familiale. 

Silo à grain EARL Pacaud à Surgères

Historique

Avec un grand-père directeur de laiterie, un père qui a repris l’exploitation de l’élevage laitier jusqu’en 1981, avant de devenir céréalier -, la famille Pacaud est depuis toujours dans l’agriculture. Christophe Pacaud s’y installe en 1993 et son laboratoire de fabrication de pâtes ouvre en 2013, cumulant son rôle de céréalier et de pastier, avec l’envie de suivre tout le processus de la plantation de blé dur au produit fini. 

Emballage de pâtes artisanales BLÉO EARL Pacaud

Les secrets de production

Du blé dur à la pâte, il n’y a qu’un pas, maîtrisé par le producteur. Surtout, le grain récolté mis au silo n’est soumis à aucun traitement. « Il faut savoir qu’on mange tout ce qui est ajouté dans le blé par les industriels, en particulier les insecticides de silo. C’est un gros problème !» proclame Christophe Pacaud. « J’ai toujours voulu faire un produit fini sur la ferme et je trouve ça intéressant, de ne pas simplement être producteur de matière première qui envoie sa marchandise dans des camions de 30 tonnes… ». Ainsi il crée sa marque : Les pâtes Bléo.

Pâtes artisanales BLÉO EARL Pacaud

Le choix de Bonjour Le Bon

Cultiver son blé et fabriquer ses propres pâtes doit être défendu et mis à l’honneur. Cette maîtrise totale de la graine à la fourchette est sans pareil et rares sont les céréaliers qui proposent un produit fini de grande qualité. Christophe a su remettre en cause un système dominant pour aller vers le consommateur final. Il a acquis un réel savoir-faire dans la fabrication de ce produit à priori très simple à réaliser, tout en insufflant de l’originalité dans les formes proposées. Ses choix à contre-courant doivent être félicités. 

Production de pâtes artisanales BLÉO EARL Pacaud

À la rencontre des producteurs

Christophe Pacaud nous répond…

Votre plus grande fierté 

Mes pâtes ! Surtout quand on me dit "elles sont super bonnes et qu’on ne peut plus en manger d’autres !". Quand une personne avec des problèmes de digestion qui ne pouvait plus manger de pâtes me dit que les nôtres passent facilement, ça c’est de la fierté ! 

Votre vision globale du métier aujourd’hui 

On n’a peu d’espoir de voir monter les cours des céréales, mais on est quasi sûr de voir les charges augmenter ! Au bout d’un moment, ça risque d’être compliqué pour nous… 

Votre point de vue sur l’agribashing 

Ça me plombe, mais on ne peut pas rester indifférent à ce qui se passe dans la société. Les agriculteurs se font lyncher alors qu’on a la meilleure sécurité alimentaire – et la meilleure nourriture - au monde ! On fait des produits de qualité mais ce n’est pas reconnu. Je ne dis pas que tout est parfait, j’entends qu’on peut s’améliorer. Mais si on tue nos paysans, on va devoir importer des produits qui sont beaucoup moins bons que les nôtres…

Les 3 questions sur votre calendrier

  • Le rythme des saisons : Il n’y pas de saisonnalité pour la vente de la pâte. Pour les amateurs, il y a toujours un bon prétexte. L’automne, on est sur le travail du sol, par contre c’est plus calme en hiver. Le reste de l’année, on s’adapte en fonction la météo. En juillet, on récolte les cultures d’hiver (blé, orge, colza), suivent celles du tournesol et du maïs, semées au printemps.

  • Nombre de jours de travail sur l’année ? Le labo ne travaille pas le weekend et l’exploitation travaille quelques weekends pour les moissons et les semis. J’arrive à prendre 2-3 semaines de vacances dans l’année.

  • Moment préféré de la journée : J’aime bien prendre le café à 8H avec l’équipe pour échanger, débriefer de la veille et programmer la journée ou la semaine à venir.

Et si on vous demandait

  • Votre dicton ou adage : « chaque place a sa chose et chaque chose à sa place »
  • Votre passion : le handball, je suis coach de l’équipe de garçons de moins de 18 ans de Surgères
  • Si vous aviez 90 ans que diriez-vous aux plus jeunes : Ayez confiance en vous

Découvrir les produits de ce producteur