Cultivons-nous, la chaîne TV qui parle de la terre sous toutes ses coutures

Cultivons-nous, la chaîne TV qui parle de la terre sous toutes ses coutures

Du champ à l’assiette, on rêve tous qu’il n’y ait qu’un pas. C’était aussi la volonté d’Edouard Bergeon en créant la chaîne de vidéo à la demande par abonnement dédiée aux histoires de la terre,

Elevage intensif, bien-être animal, zones d’épandage, transition écologique, agribashing, label bio, éthique, les sujets autour de la terre n’ont jamais été autant d’actualité. Pour y voir plus clair, pourtant, c’est souvent compliqué… Les informations se positionnent rarement du point de vue de l’agriculteur. Difficile de s’imaginer, alors que le circuit court est porté aux nues et que les locavores se multiplient partout en ville, que le décalage entre les fantasmes et la réalité n’a jamais été aussi gigantesque. Alors que tout le monde veut bien manger, un tiers des agriculteurs français survivent avec moins de 350€ par mois ! « Sans paysan il n’y a pas de pays », martèle Edouard Bergeon. Et il a décidé de changer les choses en créant une chaine digitale sur le mieux manger, l’environnement, l’état de notre planète Terre.

Réalisateur, fils de paysan, restaurateur, Edouard Bergeon a décidé de créer la chaîne CultivonsNous.tv pour attirer l’attention sur nos campagnes, sans fake news, pour qu’on les traite mieux ! Mieux comprendre ce qu’il y a dans nos assiettes c’est aussi mieux comprendre ceux qui la remplissent. Dirigée par Edouard Bergeon et son ami Guillaume Canet, le duo choisit minutieusement le contenu éditorial de la chaîne. On y trouve des reportages pédagogiques, documentaires, masterclasses… et pas de publicité. Au programme, un film sur Olivier Roellinger ‘Le magicien des épices », des enquêtes comme ‘L’Empire de l’or rouge - sur la tomate d’industrie ou l’évocation de vraies questions d’alimentation dans le documentaire ‘faut-il arrêter de manger des animaux ? » CultivonsNous.tv veut séduire, éduquer et convaincre. Une partie des revenus est attribuée à l’association Solidarité Paysans grâce à un abonnement de 4,99 € par mois. 

 homepage cultivons-nous TV

En 2019, Edouard Bergeon s’est fait connaître du grand public avec son premier long-métrage, ‘Au Nom de La Terre’ avec Guillaume Canet dans le rôle-titre. Le film qui a attiré près de 2 millions de spectateurs a lui-même été inspiré du documentaire « Les fils de la terre », également réalisé par Edouard Bergeon, en 2012, qui évoque l’histoire de son père, Christian, agriculteur, que les dettes ont poussé au suicide (le film fait partie du catalogue en ligne sur le site). CultivonsNous.tv est ainsi le prolongement d’une histoire personnelle, d’un hommage devenu un engagement, qui a poussé ces deux ambassadeurs médiatiques à prêcher la bonne parole d’une agriculture plus saine et plus juste à travers toute la France, jusqu’à la commission européenne.

   

10 Questions à Edouard Bergeon: 

Avec sa chaîne de vidéos à la demande, Cultivonsnous.tv, Edouard Bergeon nous propose son menu sur-mesure : une programmation éclectique sur le thème de la Terre nourricière. Rencontre avec un auteur, réalisateur et programmateur engagé.

 

Comment avez-vous eu l’idée de créer la chaîne de VOD cultivonsnous.tv? 

C’est un long chemin qui s’est accéléré avec le succès de mon premier film, «Au Nom de la Terre». Nous avons fait une centaine d’avant-premières, qui se sont toutes suivies de débats passionnants. Là, je me suis rendu compte de la méconnaissance totale du milieu agricole par le grand public. Nos débats viraient très vite sur des sujets sociétaux, environnementaux et économiques. Les questions qui revenaient tout le temps étaient ‘comment je peux changer les choses’ ? 

  

C’est une suite logique à l’histoire de votre film…

Mon film a fait 2 millions d’entrées en France, on ne s’y attendait pas, c’est devenu un phénomène, nous sommes allés jusqu’à l’assemblée, au sénat. A partir de là, on s’est dit qu’on pouvait incarner une voix pour changer les choses. J’ai rencontré Antoine Robin, ancien patron d’Havas Production, qui a créé le média vidéo Spicee. C’est lui qui m’a soufflé que ce sont les chaînes de niche qui allaient marcher, c’est lui qui a amené le côté pédagogique. Et puis au Salon de l’Agriculture, j’en parle à Guillaume Canet, qui accepte d’en être le parrain bénévole. On s’est dit qu’il fallait qu’on sorte le site pendant le confinement : lancé le 28 avril, on est à plus de 5 000 abonnés aujourd’hui. Notre taux de désengagement est de 4%, ce n’est rien par rapport à d’autres sites. Nous n’avons pas de publicité, du coup je suis libre de mes choix, et on reverse 30% des recettes aux auteurs et un 1 € à Solidarité Paysans et à nouvelle association à la rentrée « Des enfants et des arbres » qui aide à Financer la re-plantation d’arbres dans les champs avec des scolaires. Notre force, c’est l’éditorial. Je sélectionne tous les contenus, mais il faut savoir qu’il y a une équipe de 150 personnes derrière, avec le groupe Alchimie qui s’occupe des ‘coulisses’ du site. 

 

Qu’est-ce qu’on trouve sur Cultivonsnous.fr?

Il y a un aspect circuit-court et participatif y compris dans la programmation. Une série comme «Les résistants», n’aurait jamais eu sa place ailleurs. Ce sont des tranches de vie. Avec la série « Chefs confinés », nous avons animé des conférences Zoom avec des chefs engagés, qui ont filmé avec leur téléphone… Avec Marion Cotillard et Guillaume Canet, en total bénévoles, on vient de tourner un joli documentaire sur Roland Feuillas, un paysan boulanger dans l’Aude, avec Marion à la réalisation. Ils ont tous deux des convictions très fortes sur leur engagement. Le film sortira à la rentrée sur Cultivonsnous.fr. On réfléchit à plein de projets… CultivonsNous, ce n’est pas la chaîne de l’agriculture, c’est celle de la Terre qu’on travaille et qui nous nourrit, du bien manger, du bien boire, de tout ce qu’on pêche, qu’on respire, qu’on boit.

 

Comment avez-vous rencontré Guillaume Canet, qui joue le rôle de votre père dans votre premier long-métrage?

C’est Guillaume qui est venu me rencontrer après avoir vu mon documentaire ‘Les fils de la Terre’. Il a été tellement touché qu’il voulait en faire un film et le réaliser. Je lui ai dit que j’allais faire le film, alors il a proposé de jouer le rôle de mon père, il est allé jusqu’à se faire la tête de mon père. Je lui ai donné les bottes de mon père pour incarner son rôle. On peut dire qu’on s’est vraiment ‘rencontrés’. Il est pour moi comme un grand frère. Son engagement est sincère, il a grandi face à la forêt, il sait même conduire un tracteur…

 

Avez-vous l’impression que les choses bougent de manière générale pour l’agriculture en France?

Sur les 2 millions d’entrées de mon film, il n’y en a eu seulement 116 000 dans la capitale. Est-ce que cela veut dire que les parisiens ne mangent pas, que ce sujet ne les intéresse pas, alors que tout le monde se revendique locavore de nos jours ? A méditer…

 

Qu’est-ce que les français ne comprennent pas quand on parle des difficultés de l’agriculture aujourd’hui?

Manger bio en circuit-court c’est bien, mais on ne peut pas faire que ça. On ne peut pas vendre du blé en circuit-court. On ne peut pas incriminer l’agriculture française familiale et continuer à importer depuis l’Espagne ou d’autres pays. On ne peut pas arrêter du jour au lendemain le Glyphosate. Il faut aussi aider l’agriculture industrielle à aller mieux, à aller vers une transition écologique. Moi je suis pour l’un et l’autre, l’agriculture familiale et industrielle. Il faut penser que tout ça peut cohabiter en allant mieux. C’est ma position. Et tant que je réussis à faire ce grand écart là, ça me va.

 

Quelles sont les solutions possibles et réalisables pour vous afin de changer les choses pour les agriculteurs?

Il faut réinventer l’éducation alimentaire à l’école, c’est l’éducation civique qui doit refaire ce travail pour recréer des vocations, des notions. D’ici 10 ans, la moitié des exploitants agricoles partiront à la retraite, il va falloir renouveler l’envie de faire ce métier, réactiver la mémoire de la terre et changer les comportements. 

 

Quel est le film dont vous êtes le plus fier sur CultivonsNous.tv ?

Tous

 

Quel est celui que vous rêvez de programmer ?

Tous ceux qui me parlent !

  

Quels sont vos projets ?

Mon prochain film est en écriture. Et pour la thématique, toujours dans la même lignée… La Terre.

 

Rendez-vous sur cultivons-nous TV.

Crédits photos: www.philvdd.de (portrait d'Edouard Bergeon). 

Partager cet article :